Partagez | 
 

  Bad day [RP Kunimi / Kageyama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Bad day [RP Kunimi / Kageyama] Mar 2 Mai - 17:58
Les mauvaises journées, c'est pas quelque chose qui se décident en un événement. En tous cas, Kunimi était persuadé qu'à chaque fois qu'une grosse malchance devait arriver, la vie cherchait toujours à nous prévenir en nous rendant la journée plus compliquée.

Pourtant, chaque matin, tu te dis que ta journée va être normale. Une routine, un train-train quotidien quoi. Mais en imaginant que même dans cette roue infinie, un imprévu puisse changer ton karma, qu'en est-il des événements « spéciaux », différents ? Contrairement à la plupart des gens, Kunimi n'aimait pas casser sa routine, même s'il s'agissait de faire un truc qui lui plairait potentiellement. A chaque fois, il se disait qu'il suffirait d'une caprice du destin pour que la journée soit gâchée et qu'il n'ai aucun outil pour réparer ça. Kunimi ne croyait pas au karma, mais il haïssait les imprévus, même en début de journée. Si tu attirais malchance dès le matin, il y avait peu de chance pour que ta soirée se finisse tranquillement.

Et ce matin-là, Kunimi sut que sa journée ne finirait pas bien. Car aujourd'hui, un de ces événements « spéciaux » s'ajoutaient à sa routine, et il était déjà sûr de passer une mauvaise journée.
Aujourd'hui, il assistait à l'anniversaire du grand-oncle de la cousine du parrain d'un membre de sa famille dont il se fichait aussi sérieusement qu'il ne le connaissait pas. Il n'avait vraiment pas voulu y aller au début, mais quand il avait appris qu'il était invité, sa mère avait déjà accepté à sa place. Et, cerise sur le gâteau, de ses deux parents divorcés, il se trouvait chez son père ce jour là. Il devait traverser tout Miyagi en bus pour aller à cet anniv' tout nul, car évidemment, ce n'était pas la porte d'à côté.

Tout cela décourageait déjà le jeune homme. Mais il y avait de quoi encore plus abaisser son morale.

Par exemple, un réveil qui ne sonne pas, ou qu'il avait oublié de mettre à sonner. A peine réveillé, le regard dirigé vers la fenêtre pour checker le temps qu'il faisait dehors, il avait lascivement récupérer son téléphone pour vérifier l'heure. Il était en retard ; pas de beaucoup, du temps rattrapable, mais il était en retard quand même.

Kunimi n'avait pas paniqué ; il ne paniquait que rarement. Il s'était contenté s'accélérer ses mouvements nonchalants. Plus le temps avançait, plus il semblait vouloir se presser. Il avait pris de beaux habits pour l'occasion, qu'il enfila précipitamment ; dans la salle de bain, l'épreuve de ses cheveux fut plus dure que n'importe laquelle, étant donné que le gel était inoffensif face à leur gravité et leur raideur. Tout ce qu'il avait réussi à faire, c'est défaire c'est deux mèches coupée droites, mais pas pour le meilleur : ses cheveux à l'allure un peu grasse à cause du gel lui tombaient devant les yeux. Ses mouvements rapides se transformaient bientôt en pas de course, malgré le fait qu'il restait impassible. Finalement, il avait réussi à rattraper son retard, même s'il était tout sauf présentable niveau cheveux, il restait capable de sortir. Son père le regardait en roulant des yeux, un peu amusé de le voir courir partout dans la maison depuis qu'il s'était réveillé. C'était rare que Kunimi se presse et c'était très amusant.

Et quand le jeune garçon fut fin prêt, son portable vibra. Comme il ne voulait pas louper son bus, il n'y fit pas attention, et sortit. C'était encore le matin, il était parti tôt, et l'air était glacial. Son vêtement chic était loin d'être conçu pour sortir dehors par ce temps, il en était maintenant certain. Le jeune homme serra ses bras contre lui même, frissonna un coup, et se pressa de rejoindre le bus. Qui était évidemment un peu retard, histoire de le faire attendre encore un peu plus dans le froid.

Ce ne fut qu'une fois dans le bus, après avoir présenté sa carte, qu'il put s'asseoir. Bonne surprise pour lui : il faisait chaud dans le bus, il y avait la climatisation. Il s'assit confortablement sur son siège, et prit le temps de voir quel message lui avait été envoyé. C'était un message de sa mère.

« Salut. Tu es prêt à partir ? N'oublie pas de prendre le cadeau que tu as préparé pour ton grand-oncle. Bisous. »

… son cadeau ? Attendez. Il avait déjà eu quelque chose comme ça, lui ? Oh- oh zut. Il avait complètement oublié qu'il avait du préparer un truc à l'arrache pour offrir quelque chose à cet inconnu sous ordre de sa mère. Cadeau qu'il n'avait pas pris avec lui. Oh mais quel boulet. Bon. C'est pas grave, il trouvera bien quelque chose à acheter là-bas. Enfin, il espère.

Le reste du voyage en bus fut... plutôt désagréable. Quelqu'un s'était installé à côté de lui, et on avait beau être le matin, personne ne pouvait dormir en compagnie de cet être bruyant. Donc pas de sieste. Kunimi essaya alors d'envoyer des messages à ses amis, mais personne ne lui répondit, donc pas de divertissement. Et comme un con, il avait oublié ses écouteurs, donc pas de musique.

Il se contenta d'attendre patiemment jusqu'à son arrêt. Là, il enjamba son voisin bruyant du mieux qu'il put, car celui ne semblait pas disposer à se pousser, et sortit. Dehors... il faisait toujours aussi froid. En fait, c'était pire que quand il était sorti, car le bus chauffé l'avait trop habitué à la chaleur, et l'air glaciale lui piquait maintenant la peau. Et entre temps, le vent c'était levé. Ses cheveux allaient dans ses yeux, il ne connaissait pas l'endroit, et il devait à tout prix trouver un endroit où acheter quelque chose. Il se mit à presser le pas en direction du prochain arrêt de bus qu'il était sensé prendre, tout en examinant les alentours. Tiens, une petite confiserie. Et s'il lui achetait du caramel salé ?... nan. C'était quelqu'un de plutôt vieux, valait mieux pas prendre le risque. Enfin, le risque le plus important restait quand même le fait que Kunimi ne puisse potentiellement pas résister et décide de tous les avaler, m'enfin bon. Peut-être pouvait-il lui acheter des vêtements... ? Nan, il ne le connaissait pas assez bien, et ça serait bizarre. Un objet technologique ? Trop cher et il n'y comprendrait rien. Une jolie lampe ? Ça risquait de coûter pas mal s'il voulait lui en donner une pas trop nulle. Une casserole ? Ça c'était pas- attends, une casserole ? Pourquoi ??
Et d'ailleurs... est-ce qu'il avait de l'argent ?

Kunimi s'arrêta d'errer parmi les magasins un instant, et vérifia dans son portefeuille. Ouais, il avait un peu d'argent. Vingt euros à tout casser, ce qui était déjà pas mal... et s'il ne lui achetait rien ?
Enfin, il pouvait juste lui donner un billet et basta.

Le jeune homme soupira, peu fier de son idée, avant de relever la tête. Les rues commençaient à se remplir, et le jeune homme constata un fait évident : il était perdu. Où était son arrêt original ? Son futur arrêt ? Il ne savait plus. Le vent se faisait de plus en plus violent, et il commençait à reconsidérer la solution de s'asseoir en position fœtale dans un coin et d'attendre. Bon, il était où, là... ? C'était une ville totalement inconnu. Il lui semblait que le lycée Karasuno n'était pas loin, mais à vrai dire, il s'en fichait. Il avait vraiment froid, le vent était trop fort, il fallait qu'il s'abrite pour pouvoir sortir son téléphone et voir sa map.

Il passait vraiment une journée pourrie.

Il était désormais en train de courir dans les rues d'une ville inconnue, gelé, perdu, aveuglé par ses propres cheveux et en retard, affaires incomplètes. Pouvait-il faire pire ? Bien sûr qu'il pouvait !

En courant dans la rue, trébuchant sans cesse à cause de ses chaussures non-adaptée pour la course, Kunimi rentra dans qu'elle qu'un. Le vent s'était un peu, voir même beaucoup calmé entre temps, comme s'il n'avait décidé de souffler qu'une énorme bourrasque toutes les dix minutes. A vrai dire, il avait en quelque sorte vu venir la personne dans laquelle il était rentrer, mais il lui avait été impossible de l'esquiver car ses cheveux devant ses yeux et sa tête basse avait été des obstacles suffisant pour retarder de beaucoup son temps de réaction. Encore, qu'il rentre dans cette personne n'était pas problématique. Mais il sentit un liquide poisseux entacher ses beaux vêtements quelques secondes après l'impact, le rendant collant et encore plus gelé. Son costume était foutu. Et une odeur de lait à la fraise lui parvint. Il détestait cet odeur.

Alors, il leva la tête, énervé, stressé, prêt à grogner sur la personne concernée. Et il se figea.

La première raison, c'était parce que la personne lui faisait presque face, et que les personnes aussi grandes, c'était rare. La deuxième, c'était qu'il connaissait cette personne. Il ne savait pas ce qu'elle faisait là- enfin, il était près du lycée Karasuno donc c'était un peu logique- mais il avait vraiment, vraiment peur. S'il avait appris durant ses derniers matchs que Kageyama était devenu un bon Roi, le souvenir de sa tyrannie régnait encore dans son esprit. Il lui avait gâché un lait à la fraise, et il était celui qui lui était rentré dedans. Si Kunimi n'était pas le mec impassible que tout le monde connaît, il aurait pu se mettre à pleurer tant l'ampleur de cette journée de malheur le dépassait.

Il se contenta juste de saluer son interlocuteur d'une petite voix, tête à moité basse, cheveux devant les yeux.

-Kageyama...
avatar
Kunimi Akira
Ailier


Messages : 16
Date d'inscription : 25/03/2017


Voir le profil de l'utilisateur
 
Bad day [RP Kunimi / Kageyama]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haikyuu! :: Alentours :: Villes :: ➞ Quartiers Résidentiels-